L’autogestion en pratiques

Collectif

couvplatBQ-1

Ils sont peu à avoir fait ce choix et pourtant ils existent. Métallos, menuisiers, boulangers, enseignants et lycéens, ils vivent l’autogestion au quotidien et nous racontent leur expérience d’un regard sans concession, conscients des difficultés à faire vivre l’utopie dans une société capitaliste. Ce recueil de témoignages vivants est une petite boîte à espoirs, à outils et à munitions : on vous la passe pour la route, en espérant que vous la gardiez sous le coude et que vous l’enrichissiez au cours de vos activités et de vos combats.

 Parution: 23 mai 2013

11×17 cm, 116 pages, 8 euros ISBN : 979-10-91013-01-7


Revue de presse :

 

Qu’y a-t-il de commun entre des boulangers de Montreuil (La Conquête du pain), des métallos de Buenos Aires, des élèves et des professeurs d’un lycée parisien ou des menuisiers en Limousin (Ambiance bois) ? Tous vivent l’autogestion au quotidien, et racontent leur expérience dans cet ouvrage. L’autogestion, ce n’est pas « une formule magique, une panacée économique » ; cela comporte des difficultés liées à la nature humaine (égoïsme, enjeux de pouvoir…), à l’expérience elle-même (plus grand investissement personnel que dans une entreprise classique, prise de décision en commun, nécessité d’obtenir un consensus, transmission des acquis) ou à l’environnement capitaliste concurrentiel (logique de profit, division du travail…). Mais cela peut changer beaucoup de choses : la vision du monde et des autres, les rapports humains, le travail, la consommation… Même si, en définitive, cela demeure un îlot d’utopie dans un océan de monstruosités.

L’autogestion constitue parfois la seule issue face au chômage. En bref, comme le soutient l’avant-propos, elle est « moins une réponse qu’une manière de poser les questions, un espace de luttes et d’expérimentations ».

Pascal Bedos.

 

Si la plaquette anonyme L’Autogestion en pratique des éditions Albache est au poil, elle, (hormis une préface ronronnante), c’est parce qu’on a affaire ici à une ribambelle de témoignages vraiment vivants, enthousiastes, spontanés, risque-tout parfois, de gaillard(e)s (métallos, artisans, boulangers, profs et lycéens) qui expérimentent collectivement des formes d’utopie instantanée. Le menuisier Marc d’Ambiance Bois du plateau de Millevaches : « On essaie à plusieurs de travailler dans l’horizontalité, d’être chacun décideur et exécutant du travail qu’on mène, d’être dans un certain partage des tâches, d’être en tout cas sans hiérarchie dans le fonctionnement, de travailler à salaires égaux… »

Noël Godin.
CQFD, Mai 2014.

 

Miracle ! Un livre sur l’autogestion consacré à des pratiques. De maintenant. Et presque que d’ici.

L’autogestion en pratiqueS est un petit livre, 116 pages (8 €) qui, à travers quatre entretiens, présente quatre structures autogérées dont trois en France. Simple, direct, facile à lire, un livre qui donne envie.

Le grand intérêt de ce petit livre est de ne présenter que des structures d’aujourd’hui qui ont été voulues autogérées dès le départ par leurs créateurs et non pas contraintes par des difficultés économiques. On peut donc avoir simplement envie de travailler, de fonctionner différemment, de manière égalitaire, sans hiérarchie d’argent et de pouvoir. Ce désir est reconnu comme tel dans l’introduction, et ce n’est pas si fréquent dans les écrits traditionnels ou actuels des libertaires, des alternatifs et autres organisations de « la gauche de la gauche ».

Cette introduction souligne tout l’intérêt de ces structures pour leur aspect pédagogique et expérimental quant à l’autogestion, même si elle relève leur caractère partiel et leurs difficultés d’existence au sein du système capitaliste. Les personnes interviewées évoquent d’ailleurs d’elles-mêmes ces difficultés, qui ne relèvent en outre pas forcément du système capitaliste environnant proprement dit.

Un petit livre simple, concret et enthousiaste qui pourra donner envie de changer de vie. C’est plus simple qu’on ne croit, même si c’est aussi se mettre beaucoup de difficultés sur le dos aussi.

Christian Vaillant.
autogestion.coop – Le site des pratiques autogérées.